Show simple item record

dc.creatorΖακυθηνός, Διον.el
dc.date.accessioned2015-10-19T06:53:34Z
dc.date.available2015-10-19T06:53:34Z
dc.date.issued1958
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11615/18454en
dc.description.abstractAu prix d’efforts assidus et de recherches patientes PEmpire byzantin et sa civilisation ont ete rehabilitee dans Pensemble de PHistoire universelle. Neanmoins, bien des aspects de sa complexe physionomie restent encore a elucider, aspects de detail comme aspects generaux. Des theories et des appreciations, dues d’ailleurs a des ecrivains de marque, tendent a orienter la recherche vers des voies fausses. On souligne tout particulierement les chapitres que M. Claude Cahen vient de consacrer a Byzance dans le tome III de VHistoire generate des civilisations, publiee sous la direction de Maurice Crouzet (Paris, I955)· B’articulation de la matiere comme les lignes generales et les idees-maitresses appellent des reserves tres graves. Da civilisation byzantine y est pour ainsi dire presentee en marge de la civilisation de POrient islamique. Cette faqon de voir et des parallelismes plus que douteux risquent de deformer aux yeux d’un public peu competent auquel s’adresse VHistoire generate des civilisations, la vraie figure de PEmpire byzantin et le caractere essentiel de sa civilisation. Partant de ces considerations generales, l’auteur de cet article apporte certaines precisions sur le probleme de la place qu’occupe Byzance entre POrient et POccident. Apres avoir note le sens peu defini du terme Orient, il s’attache, en premier lieu, a elucider la « theorie byzantine». De Panalyse de quelques textes caracteristiques il resulte que les Byzantins, se sentaient completement etrangers vis-a-vis de leurs voisins orientaux, Perses, Arabes ou Turcs. Ils consideraient leurs propres moeurs et leur civilisation incompatibles avec la civilisation et les moeurs des Sassanides ou de PIslam. Par contre, malgre leur egocentrisme, malgre les dissensions qui ont separe les deux parties de PEmpire romain, les Grecs du Moyen age se consideraient lies d’une etroite parente avec le monde chretien d’Occident. Celui-ci comme ceux-la avaient ete les successeurs du meme Empire qu’a regenere la meme foi chretienne; ils avaient herite de la meme culture. Aussi leurs civilisations etaient-elles des soeurs germaines. La defense de ce patrimoine incombait done a eux comme une dette commune. Venant ensuite au probleme Orient ou Occident 9, Pauteur soutient que non point les elements exterieurs, mais seule l’anatomie des institutions politiques et sociales, ainsi que Petude des origines de la vie intellectuelle et spirituelle, nous aideraient a aboutir a des appreciations objectives. Aussi s’efforce-t-il de mettre en relief les traits saillants de la vie publique et sociale, de la culture et de la civilisation des Byzantins. Sous cet angle precis, sont examines dans cet article la theorie byzantine de PEtat et du pouvoir, Pinfluence du Droit sur la vie publique et privee, la structure de la societe, la famille, le droit de la propriete, la place de la femme etc. Des paragraphes speciaux sont consacres a Pinstruction et la culture, a la pensee et ses origines, a la production litteraire, ecclesiastique et profane, savante et populate, enfin aux origines et au caractere de Part byzantin. Les conclusions auxquelles Pauteur aboutit sont les suivantes: i. Les grandes civilisations ne se developpent pas en vase clos; elles re^oivent des elements etrangers et exercent, a leur tour, des influences sur d’autres civilisations ; 2. L’Empire byzantin et la civilisation byzantine sont nes de la rencontre de divers facteurs, materiels et historiques. En consequence, ils ont regu des elements grecs, romains, orientaux. Ces derniers viennent pour la plupart du temps par le canal du syncretisme greco - romain. Ainsi que le remarquait Norman Baynes, ils ne constituent pas les caracteristiques essentielles du monde byzantin; 3. L’analyse et, pour ainsi dire, Panatomie des differents facteurs de la vie publique montrent que, a Byzance, Etat et societe sont regis par certains principes fondamentaux, par des traditions, institutions politiques et administratives, institutions sociales, par certaines regies de droit qui ont leur origine a la tradition greco - romaine; 4. Tout particulierement, la vie intellectuelle et spirituelle de Byzance est dominee par deux facteurs primordiaux: le christianisme et l’hellenisme. L’influence de ceux-ci contribua a former un humanisme byzantin qui associe la pensee et la culture grecques a Pideal chretien. D’une fagon generale, de par ses origines, par ses tendances ideologiques, par ses manieres d’etre et ses visions metaphysiques, la vie publique et la civilisation des Byzantins — nettement opposees aux civilisations asiatiques et au monde « barbare » — appartiennent a la grande experience qu’introduisit dans ttiistoire de THumanite la predominance greco - romaine dans la region mediterraneenne. Etat par excellence mediterraneen, Byzance poursuit le syncretisme mediterraneen. Elle vient par la en un contact intime avec le monde chretien d’Occident et avec les civilisations de la Renaissance europeenne. Non sans raison, Arnold Toynbee, dans sa classification des cultures de Thomme, concidere la civilisation orthodoxe et celle de l’Occident medieval comme des civilisations soeurs, descendantes de l’hellenique. Bien plus: Byzance, grace a son attachement aux traditions du passe, elabore deja certains traits essentiels, certaines manieres de penser et de sentir, certaines visions de la vie sur lesquels sera plus tard basee la communaute intellectuelle et spirituelle de l’Europe.fr
dc.language.isoel_GRen
dc.publisherΕταιρεία Βυζαντινών Σπουδώνel
dc.rightsAttribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 Internationalen
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/en
dc.subjectByzantium - Historyen
dc.subjectEcclesiastical historyen
dc.subjectByzantine empireen
dc.subjectEnlightenmenten
dc.subjectByzantine civilizationen
dc.subjectΒυζάντιο - Ιστορίαel
dc.subjectΕκκλησιαστική ιστορίαel
dc.subjectΒυζαντινή αυτοκρατορίαel
dc.subjectΔιαφωτισμόςel
dc.subjectΒυζαντινός πολιτισμόςel
dc.titleΤο Βυζάντιον μεταξύ Ανατολής και Δύσεωςel
dc.typejournalArticleen
heal.recordProviderΠανεπιστήμιο Θεσσαλίας - Βιβλιοθήκη και Κέντρο Πληροφόρησηςel
heal.journalNameΕπετηρίς Εταιρείας Βυζαντινών Σπουδώνel
heal.fullTextAvailabilitytrueen
dc.rights.accessRightsfreeen
dc.identifier.bibliographicCitationΕπετηρίς Εταιρείας Βυζαντινών Σπουδών, 1958, Έτος ΚΗ', 367-400.el


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record

Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International
Except where otherwise noted, this item's license is described as Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International